Tabac: et si vous arrêtiez?

À savoir

 

Le tabagisme est responsable de 60 000 décès par an en France principalement dus aux cancers, aux pathologies cardiovasculaires et respiratoires.

 

Les risques sont pour beaucoup réversibles, voici quelques bonnes raisons d’arrêter :

 

ü  1 journée sans fumer : la tension et le rythme cardiaque sont stabilisés

ü  48 heures sans fumer : les odeurs et les saveurs sont perçues plus finement, la nicotine n’est plus détectable dans le sang

ü  15 jours sans fumer : le souffle s’améliore

ü  Quelques mois sans fumer : l’effort physique modéré est plus facile

ü  1 an sans fumer : le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié

ü  Au-delà de 5 ans sans fumer : le sur-risque lié au tabac est diminué de moitié

 

Nos conseils

 

Parce que la bonne volonté et le soutien des proches ne suffisent pas toujours, des supports sont là pour aider les personnes qui souhaitent arrêter de fumer.

 

ü  Les substituts nicotiniques

 

Disponible sous différentes formes (patch, pastille, gomme à mâcher, inhaler, spray buccal), ils dispensent une dose mesurée de nicotine et permettent de compenser le manque.

La dose doit être réduite progressivement pour faire disparaitre la dépendance physique.

Ces substituts sont actuellement pris en charge à hauteur de 50 euros par ans et de 150 euros pour tous les jeunes (de 20 à 25 ans) et les femmes enceintes.

 

ü  Les approches alternatives

 

Les thérapies cognitivo-comportementales visent à modifier le comportement des fumeurs en s’appuyant sur l’analyse du ressenti et des émotions.

Elles aident à entretenir la motivation et peuvent être utiles après le sevrage, pour éviter la rechute.

D’autres approches semblent aussi aider certains fumeurs : l’acupuncture, la sophrologie…

 

 

Pour information, la cigarette électronique n’est pas recommandée à ce jour par la Haute Autorité de santé (HAS) pour l’aide au sevrage, son efficacité et son innocuité étant encore peu évaluées.

Pour autant, du fait de sa toxicité moins forte que celle de la cigarette, son usage ne devrait pas être découragé chez un fumeur qui souhaite arrêter.

 

 

 

 

 

Quelques bons réflexes à adopter :

 

ü  Gérez vos envies : pour remplacer le « geste cigarette », respirez, buvez un grand verre d’eau et occupez-vous.

ü  Surveillez les signes d’un mauvais dosage : si vous ressentez des signes de surdosage en nicotine (cauchemars, palpitations, Irritabilité, diarrhées) ou de sous dosage (envie persistante de fumer, insomnies), votre traitement n’est pas adapté, n’hésitez pas à nous en parler.

ü  Enrayez la prise de poids : pratiquez un sport, évitez les graisses, les sucreries, le grignotage, l’alcool.

ü  Soyez patient ! Classiquement, le sevrage tabagique se déroule en 3 paliers d’un mois au moins. Mais chaque cas est individuel, il peut être plus court ou plus long. Plusieurs tentatives sont parfois nécessaires pour arrêter définitivement le tabac.

 

 

Pour tout savoir sur le tabac, le sevrage et trouver une consultation de tabacologie, rendez-vous sur le site « Tabac-info-service » :

www.tabac-info-service.fr